Retourner à s'engager dans une croissance durable

Se démarquer

La Boutique de Choupette : ouvrir un commerce de proximité engagé

Après plusieurs expériences dans de grandes entreprises du prêt-à-porter féminin, Marine Tignola a pris conscience de l’impact de l’industrie du textile sur l’environnement. Avec une passion pour le milieu de l’enfance et le commerce de proximité, elle créé en 2021 sa propre boutique dédiée à la maternité et la petite enfance. Située au centre-ville de Challans, La Boutique de Choupette propose une gamme de produits majoritairement made in France, issue de matières premières naturelles. Une offre encore peu présente en France, s’inscrivant dans une dynamique locale de consommation responsable.

Quelle était votre problématique de départ ?

On entend souvent parler des perturbateurs endocriniens et de leurs effets négatifs, qui sont notamment présents dans le textile que l’on retrouve dans les grandes enseignes de prêt-à-porter. En choisissant des matières premières plus saines tel que le coton bio, le caoutchouc naturel ou le silicone médical, on diminue considérablement l’impact sur l’environnement et sur la santé. C’est d’autant plus important lorsqu’il s’agit de produits pour les femmes enceintes et les enfants. Pourtant, il y a un réel manque d’alternatives écoresponsables sur le marché.

Comment avez-vous réussi à sourcer des marques de maternité et puériculture responsable et made in France ?

En créant La Boutique de Choupette, mon objectif était de répondre à ce besoin en offrant une gamme écoresponsable, respectueuse de l’environnement et de notre santé, tout en valorisant des créateurs français.

 

Je travaille avec une dizaine de petites marques essentiellement made in France, qui utilisent notamment du coton bio labellisé Oeko-Tex*. Il s’agit très souvent de petits créateurs, que j’ai découvert via les réseaux sociaux ou grâce aux recommandations de mes clientes. J’ai eu l’occasion de rencontrer certaines marques, de voir leurs lieux de fabrication et les tissus utilisés. La plupart des marques que je propose sont basées en France, et je travaille notamment avec une créatrice (L&Bell Couture) située à seulement 10 minutes de ma boutique.

 

Pour pouvoir offrir une seconde gamme plus accessible à mes clientes, j’ai également quelques marques fabriquées au Portugal . Dans ce cas, je m’assure de connaître les conditions des personnes qui travaillent dans les centres de fabrication, et des matériaux utilisés.

 

 

Comment votre boutique a-t-elle été accueillie ?

La boutique a été très bien accueillie, environ 15% de ma clientèle vient de Nantes. C’est la preuve que même dans une grande ville comme Nantes, on retrouve encore trop peu de choix écoresponsables.

 

Le made in France et les matières vertueuses ont un coût, la main d’œuvre étant plus élevée en France que dans d’autres pays. Mais le prix n’est pas un frein pour ma clientèle, déjà sensibilisée à l’impact de l’industrie textile. Elle évite la surconsommation, et privilégie les achats durables. C’est pour cette raison que je développe une gamme de vêtements pour la femme enceinte et allaitante, pouvant être porté tout au long de la grossesse, mais également pendant l’allaitement. C’est un investissement, mais le vêtement est durable puisqu’il sera porté plus longtemps.

 

J’ai aussi la chance d’avoir ouvert ma boutique en même temps qu’une épicerie de vrac et d’un magasin de jeux made in France dans la même rue. On observe une réelle volonté de mieux consommer, et un retour des commerces de proximité. Mes clientes prennent plaisir à venir en boutique, prendre leur temps pour échanger avec les commerçants. C’est une dynamique différente de celle de l’achat en ligne.

Auriez-vous un conseil à donner pour se lancer dans un projet innovant et responsable ?

Mon principal conseil serait de ne surtout pas se lancer parce que c’est une « tendance », mais d’avoir une réelle envie et un réel besoin de proposer une offre qui soit respectueuse de la planète et du futur de nos enfants. A titre personnel, j’essaye de consommer mieux au quotidien. C’était donc logique pour moi de créer un projet en accord avec mes valeurs.

 

Mon second conseil serait d’être bien entouré. J’ai été accompagné par France Active et Innov’ qui m’ont fait bénéficier d’un prêt d’honneur à taux zéro. En plus d’une aide financière, c’est un véritable accompagnement, ponctué de rencontres qui permettent d’échanger avec d’autres commerçants et créateurs.

 

S’engager, pas à pas

  • Partir d’un engagement profond et personnel

  • Répondre à un besoin

  • Ne pas rester seul > se faire accompagner par les réseaux et accompagnements locaux

 

La Boutique de Choupette :  https://www.laboutiquedechoupette.fr/

 

Rapport du WWF sur l’industrie de l’habillement et des textiles : https://www.wwf.ch/fr/nos-objectifs/rapport-du-wwf-sur-lindustrie-de-lhabillement-et-des-textiles

Je travaille avec une dizaine de petites marques essentiellement made in France, qui utilisent notamment du coton bio labellisé Oeko-Tex*.
Le prix n’est pas un frein pour ma clientèle, déjà sensibilisée à l’impact de l’industrie textile. Elle évite la surconsommation, et privilégie les achats durables.